NISSA LA BELLA – entre mer et montagne

 

Fondée par les Grecs sur les rives de l’actuelle plage des Ponchettes, Nikaia (du nom de la déesse de la victoire Nike) est entrée dans l’Histoire des hommes voici 3 000 ans pour y occuper une place à part. « Lauda la mar e ten-ti en terra », loue la mer et reste sur  la terre nous dit la maxime des anciens du pays, répétée de génération en génération, pour ne jamais oublier que les Niçois sont autant, si ce n’est davantage, des montagnards que des marins.
Entre mer et montagne, entre espace franco-provençal et italo-piémontais, Nice, Nissa en lenga nouostra, cultive un particularisme quasi-insulaire. Un caractère fort, une fierté profondément ancrée, pour une cité à l’histoire tourmentée ayant toujours eu à cœur de cultiver sa singularité et de revendiquer sa liberté.Ici les héros s’appellent Catarina Segurana, la modeste lavandière faisant face aux assaillants lors du grand siège de 1543, les Barbets des montagnes menant la guérilla face aux troupes de la Révolution française pillant le pays, Garibaldi, notre « Che » nissart bataillant pour l’unité de l’Italie et l’indépendance du Comté de Nice, le gentleman-cambrioleur Albert Spaggiari, ou – bien sûr – le regretté Jacques Médecin. Tous différents, tous libres, tous profondément Niçois.
blason-vieux-nice